Le Handicap invisible

Mais en fait, qu’appelons-nous un Handicap invisible ?

En France, plus de 6 millions de personnes sont atteintes d’un handicap.

Selon la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « est handicapée toute personne dont l’intégrité physique ou mentale est passagèrement ou définitivement diminuée, soit congénitalement, soit sous l’effet de l’âge ou d’un accident, en sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenter l’école ou à occuper un emploi s’en trouvent compromises ».

La loi française du 11 février 2005 est un texte important sur les droits des personnes en situation de handicap. Les toutes premières lignes de la loi rappellent les droits fondamentaux des personnes handicapées et définit « le handicap » comme la limitation des possibilités d’interaction d’un individu avec son environnement, causée par une déficience provoquant une incapacité, permanente ou non. Ainsi, le handicap exprime  une inadaptation vis-à-vis de notre environnement, que ce soit en termes d’accessibilité, d’expression, de compréhension ou d’appréhension. Il s’agit donc plus d’une notion sociale que d’une notion médicale.

Et pourtant, pour beaucoup d’entre nous, le mot « handicap » est associé à la personne qui se déplace en fauteuil roulant, à l’aveugle qui circule avec une canne blanche et son chien ou encore l’enfant trisomique.

Idées reçues !

  • En réalité, moins de 3% des personnes en situation de handicap sont en fauteuil roulant.
  • 15% des handicaps viennent de la naissance ou de l’enfance.
  • 85% des handicaps surviennent à l’âge adulte.
  • Et 80% des handicaps déclarés sont invisibles.

Une personne ayant un handicap physique invisible ou caché a l’air d’être en bonne santé. En effet, au premier abord, rien ne laisse penser qu’elle possède un handicap et pourtant il impacte sa qualité de vie. Il est bien réel mais difficilement perceptible par autrui.  Il ne devient visible que si la personne concernée en parle. 

Les troubles concernés sont extrêmement divers. La situation de handicap peut-être récente, parfois passagère, momentanée, permanente, évolutive…

Parmi ces handicaps invisibles, nous pouvons citer :

Les maladies chroniques et/ou invalidantes

telles que le diabète, les allergies, l’hémophilie, la fibromyalgie, le cancer, la sclérose en plaque…

Fibromyalgie

Acouphènes

Fatigue chronique

Les troubles cognitifs

qui concernent les troubles « dys » (dyspraxie, dyslexie, dysphasie, dyscalculie…) ou TDAH (Troubles de l’Attention et/ou Hyperactivité). Ces handicaps sont souvent confondus avec de la maladresse, de la paresse, et dans certains cas, de la déficience intellectuelle.

Dyslexie
Dysorthographie
Dyscalculie

Dyspraxie
Dysphasie

TDAH

Les handicaps psychiques

dont font partie les troubles phobiques, le burn out (il s’agit d’un état d’épuisement physique, émotionnel et mental lié à une dégradation du rapport d’une personne à son travail), le bore out (il fait référence à un salarié souffrant du manque de travail et d’ennui), la dépression ou encore les addictions.

Phobies

Burn out, Bore out

Addictions

Les handicaps sensoriels

qui incluent la déficience visuelle, la surdité ou encore l’anosmie (trouble de l’odorat qui se traduit par une perte totale de l’odorat)…

Quand Handicap invisible rime avec Indifférence, Négligence et Incompréhension !

Le fait que le handicap invisible soit nié ou sous-estimé, méconnu ou non reconnu par les autres, accentue les difficultés de vivre avec, au quotidien.

Je me rappelle le cas de cette femme, atteinte de fibromyalgie qui souffrait le martyre et s’épuisait jusqu’à ce que la douleur l’empêche de sortir de son lit. Incapable de le dire à sa famille, à son employeur ou encore à ses amis, elle était affublée de l’étiquette de fainéante, d’incompétente ou encore d’insociable.

Ne pouvant plus effectuer les tâches du quotidien, tant sur le plan professionnel que personnel, elle creusait petit à petit un fossé entre elle et son entourage. Elle ressentait honte, culpabilité, sentiment d’inutilité, frustrations et désespoir.

Comment nos proches peuvent-ils comprendre si nous ne leur expliquons pas ? Comment pouvons-nous leur expliquer si nous-mêmes nous refusons d’admettre que notre mode de fonctionnement est différent ou a changé ?

« Nos différences loin de nous léser doivent nous enrichir. »

(Antoine de Saint Exupéry)

Plus largement… vous pouvez être concernés par un blocage qui vous empêche d’avancer dans votre vie et qui par conséquent devient handicapant !

Quelque chose vous bloque, vous empêche d’avancer mais vous ne savez pas exactement définir d’où vient ce blocage. Ainsi, par exemple, la timidité peut devenir problématique lorsqu’elle s’installe et engendre une souffrance ou un handicap au quotidien.

La personne qui ne peut s’empêcher de toujours tout repousser dans le temps, si ce n’est pas son choix, peut en souffrir. Procrastiner devient alors limitant.

Il s’agit alors d’apprendre à vous connaître, à vous aimer… pour vous libérer petit à petit de vos blocages.

Pour plus d’informations, contactez-moi :

07 81 87 97 15

kaluxia31@gmail.com